le Four-à-Chaux

Le Four à Chaux fut construit entre 1930 et 1935 par 800 ouvriers environ, principalement des étrangers. Le gros oeuvre fut effectué par l’Entreprise Générale d’Orléans, tandis que les mécanismes comme les tourelles de tir ou le système d’aération furent réalisés par des entreprises spécialisées. Le fort tire son nom d’un four à chaux qui fut en activité à proximité de la forteresse, jusqu’en 1939, et qui donna son nom à la région entourant l’ouvrage. C’est également devenu le nom civil de celui-ci, son nom de code en temps de guerre ayant été A4. Il fait partie des 108 forts de la Ligne Maginot, répartis sur 750 km de frontières. Il appartient au Secteur Fortifié des Vosges.

Les soldats appartenant aux Régiments d’Infanterie de Forteresse (RIF) furent mobilisés à plusieurs reprises avant la deuxième Guerre Mondiale, lorsque Hitler annexa l’Autriche, les Sudètes, et la Bohème. C’est dès la fin du mois d’août 1939 que ces soldats furent mobilisés une dernière fois en vue de protéger le pays de l’invasion allemande. Pendant la « Drôle de Guerre », les soldats avaient organisé la vie dans l’ouvrage, aménagé une épicerie dans la salle du puits, récupéré bétail et tonneaux d’alcool à Lembach, un village vide, ses habitants ayant été évacués en Haute-Vienne, à Droux. L’esprit qui règnait alors dans le fort témoigne du moral des troupes, qui d’après des témoignages était malgré tout relativement bon.

Ils restèrent dans la forteresse jusqu’au 1er juillet 1940, jour pendant lequel ces régiments furent contraints à la reddition par le Haut-Commandement Français, après s’être battu principalement aux mois de mai et de juin 1940. En effet, quelques jours après l’Armistice du 22 juin 1940, la Ligne Maginot fut donnée à l’armée allemande qui était parvenue à envahir la France, notamment par le nord du pays.

C’est un ouvrage dit de moyenne importance, couvrant une superficie de 26 hectares, avec 6 blocs de combats dont 3 d’artillerie, et 4,5 km de galeries souterraines. L’effectif était de près de 600 hommes.

Téléchargez ici le powerpoint de présentation du Four-à-Chaux (par P. Richert)